Ma raison d'être ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 17:51

Aujourd'hui , Elenna , fille de Squelette-Demoniaque , se rendit devant la maison des Pourfendeurs pour y accrocher sur la porte une enorme feuille de papier ... C'était son histoire ...


Prologue


Ouvre les yeux, ma fille. Regarde-moi et mémorise mon visage .. Pour que plus tard tu puisses me reconnaître. »

C'était là les dernières paroles dont je me souvenais de mon passé et qui pouvaient facilement expliquer mon existence. Je n'ai jamais su quelle était l'exacte raison qui avait poussé mon créateur à m'insuffler la vie, ne m'étant jamais vraiment posé la question dans la mesure où j'avais longtemps pensé connaître la réponse. Ainsi, durant les cent premières années de ma vie, je vis mon existence conçue pour vivre le pire enfer que je n'eus jamais connu. En réalité, rien ne se déroulait pour que je puisse me donner une bonne image de l'éternité qui m'attendait. Confinée au fin fond du néant, prisonnière de l'obscurité, je ne connaissais comme sentiment que l'ennui le plus profond bien que l'idée de m'extirper de l'ombre ne me semblait pas meilleure idée que de rester cloîtrée là où j'avais inspiré la vie pour la première fois. Ce ne fut que quelques jours après que le néant se soit débarrassé de moi que je compris que je n'avais pas à avoir peur de ce monde nouveau qui m'était réservé. Ce jour là fut on ne peut plus spécial dans la mesure où je fis, pour la première fois, connaissance avec mes propres pouvoirs. Ces derniers ne se trouvaient pas être ceux d'une simple guerrière, mais avant tout probes d'une démone en qui son créateur avait mis tout son désir de chaos dans l'espoir d'en faire une descendante digne de porter son nom. J'étais, à ce moment précis, loin de connaître mon procréateur. En conséquence, mon premier véritable but consistait à savoir qui il était et, ainsi, tenter d'en apprendre plus sur moi. But qui, hélas, me semblait bien utopique en premier lieu.

Ce fut donc un matin de printemps que je vis pour la première fois celles que les sages nommaient alors Terres d'Argent. Elles n'avaient rien de bien particulier à mes yeux, si semblables à tant d'autres dont j'avais eu la chance de lire quelques légendes dans de nombreux recueils. Peuplées de barbares les plus arrogants, enfouissant ça et là quelques mages qui se battaient pour le bien des peuples ... Rien de bien original, il faut l'avouer. Et pourtant je sentais en ces lieux un pouvoir constant qui m'attirait et dont je n'avais qu'une envie, celle de le surpasser.

Je parvins ce matin-là dans une grotte qui, si mes dires s'avèrent exacts, était le passage entre le monde de l'Ombre et celui de la Lumière. Les yeux plissés à leur maximum, je tentai de me frayer un passage jusque vers la sortie qui était illuminée par le soleil éclatant du dehors. Mon coeur ne cessait de battre un peu plus vite à chaque mètre franchi, allant jusqu'à me donner de légères nausées. Je perdais alors peu à peu conscience de l'espace et du temps, ma vue se brouillant vaguement jusqu'à ne plus voir quoi que ce soit. J'atteignis tout juste l'entrée avant de m'écrouler sur le sol brûlant, inerte. Et je me remémorai :


« Je suis désolé, mais tu dois grandir comme une simple mortelle pour le moment. Sois patiente. »

Mais j'étais, à ce moment précis, certaine d'une chose : je n'étais plus la simple humaine abandonnée, et de loin. Je sentais comme quelque chose de différent en moi, une sorte d'adrénaline qui m'incitait à effectuer ce que mon créateur semblait vouloir me faire faire : entraîner le chaos sur des Terres qui, selon lui, n'avaient plus le droit de connaître la prospérité. Le pouvoir des Terres s'accroissait, mais nullement en phase avec le mien qui était bien plus rapide. Malgré tout je restai ainsi, inerte, durant huit jours avant qu'un homme ne parvienne à atteindre la grotte et ne m'emmène avec lui. Il s'appelait Howl, et allait alors se dévoiler à mes yeux comme celui qui savait et qui avait pour mission de m'inculquer ce dont je devais savoir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 17:56

Partie I

Lorsque je rouvris les yeux, je me trouvai dans un lit plus ou moins confortable aux draps de soie bleue. Je ne comprenais pas réellement comment j'avais bien pu arriver en ce lieu inconnu, ni justement où bien j'avais pu atterrir. Mais, à première pensée, cela ne me préoccupait nullement car la seule chose qui m'importait demeurait le fait que j'étais toujours en vie. Je repoussai hâtivement de mes jambes les légers draps, et m'extirpai du lit dans le seul but de m'en aller saluer mon hôte. J'enfilai avec hâte une robe que l'Homme devait sans doute avoir laissé à mon attention : une longue robe de soie blanche arborant de splendides motifs dorés au niveau du col qui ne montait pas plus haut que les épaules. D'ordinaire, j'aurais plutôt opté pour une robe noire parsemée de dentelles rouges étant donné mon désintérêt pour la couleur blanche, antithèse parfaite de ma personne, mais cette robe semblait différente : son odeur me paraissait si commune, et pourtant si étrangère ... Comme quelque chose de déjà vu, mais que l'on ne parvient pas à identifier clairement. Un parfum lugubre, une sensation glaciale qui vous parcourt l'échine dorsale jusqu'à vous en hérisser les poils. Le tout cachant une douceur sans pareille reflétant tout l'amour que l'on peut ressentir à l'encontre d'une personne à qui l'on tient plus que quiconque.

Je sortis de la chambre et dévalai les escaliers sans savoir exactement où j'allais, étant simplement guidée par une odeur, plus agréable pour mes papilles, qu'était celle provenant de la cuisine. Mon sauveur, si je puis le nommer ainsi, était assis à une table tandis qu'une femme s'acharnait à préparer le déjeuner. Je leur adressai un mince sourire, puis m'approchai de l'homme pour le saluer d'une simple poignée de main qu'il me rendit avant de m'inviter à me placer à ses côtés, le regard ailleurs.

- Il était temps que tu sortes de ta léthargie ... Elenna.

Je penchai doucement la tête, haussant légèrement un sourcil avant de lui répondre d'une voix quelque peu hésitante, timbre que je n'avais jamais perçu, n'ayant jamais eu l'occasion de parler à qui que ce soit.

- E...Elenna avez-vous dit ? Est-ce donc ainsi que je m'appelle ? Moi qui pensait n'avoir pour titre que l'Ombre ... Me serais-je donc trompée sur ma personne ?

L'Homme se mit à rire, allant jusqu'à faire trembler son propre verre empli d'absinthe. Il attrapa ma main et la serra fort contre la sienne, secouant légèrement la tête.

- Ton père semble avoir omis de te dire bien des choses avant de t'abandonner ...

Il poussa un profond soupire avant de se lever, martelant la table de son poing sans une once de colère dans sa voix. Comme s'il agissait dans le seul but d'être écouté attentivement, ce qui marcha à merveille.

- Cela ne fait rien. Je suis ici pour t'apprendre ce que tu dois savoir ; je suis ici pour t'inculquer les bases que ton père veux que tu apprennes ; je suis ici pour que le destin s'accomplisse. Ainsi sera fait ton avenir, tu n'auras plus qu'à suivre le chemin qui sera tracé. Et ce sera à cet instant précis que tu comprendras.

Mon regard se baissa le temps d'un instant, le temps d'une pensée puis se dirigea à nouveau vers l'homme, alors que j'avais l'air toujours aussi perdue.

- Que devrais-je donc comprendre que je n'ai déjà compris ? Qu'ai-je donc à savoir de plus que ce que je sais déjà ?

Howl sourit à nouveau, avant de finir son verre d'absinthe d'une seule traite pour ensuite se racler la gorge comme s'il préparait un long discours, ce qui ne m'aurait étonnée. Il m'adressa un long regard, allant jusqu'à en pénétrer le mien intensément. Enfin, il se mit à me répondre d'une voix calme mais assez ferme pour que mon coeur se mette à battre de plus en plus fort.

- Tu n'es pas ici pour vivre le martyr, ni pour avoir peur de qui que ce soit. Tu es la peur. Tu n'es pas ici pour succomber sous les coups, ni pour subir le chaos qu'engendrent ceux qui se disent fidèle d'Aethen. Tu es le chaos. Tu n'es pas seulement la fille d'un vieux démon, tu es une démone à part entière. De ce fait tu ne fais pas parti de la plèbe, tu es même à dix lieues d'y appartenir. Tu es Elenna, fille de Alkantar et tu es appelée à suivre ses traces, à engendrer des souffrances que lui même ne peut imaginer. Maintenant, vas. Tu as besoin de beaucoup de repos avant le commencement de ton entraînement ... Beaucoup de repos.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 18:00

Partie II

L'entraînement dura de nombreux mois, pendant lesquels j'appris tout ce que je devais connaître pour mes futurs combats : maniement de l'épée, esquive, déplacements. Howl s'avérait être un excellent professeur, qui malheureusement était destiné à être surpassé en matière de duel à main nue étant donné sa corporéité bien faible par rapport à son mana. Afin d'accroître ma vitesse, il avait fait jaillir des entrailles de l'enfer les monstres les plus redoutables qui, bien évidemment, n'avaient pour effet sur moi que de me faire courir pour leur échapper alors que Howl ricanait dans son coin, amusé par la scène qui se déroulait sous ses yeux. Tout était, fort heureusement, sous contrôle puisque mon entraîneur surveillait attentivement chacun des faits et gestes, prêt à intervenir en cas de soucis majeur. Ainsi je parvins à devenir rapide tout en ayant une force de frappe inégalable pour les guerriers de même expérience que moi. Howl était fier de son élève, et ne cessait de me répéter qu'il en était de même pour mon créateur que je n'avais pas encore eu la chance de voir de mes propres yeux, ou revoir pour être plus exact. Mais je ne perdais pas espoir, car au plus profond de mon être je savais qu'il finirait par revenir vers moi et cela me suffisait amplement.

Au bout du centième jour, mon entraînement toucha à sa fin dans la mesure où Howl disait m'avoir inculqué tout ce dont je devais savoir pour ensuite reprendre seule le flambeau. Ce fut la dernière fois que je le vis comme si, après tout ce temps passé ensemble, le lien qui nous unissait était tombé dans le néant pour toujours. C'est ainsi que je continuai mon chemin seule, sans personne à mes côtés pour me guider, comme le voulait le destin qui m'avait fait naître et évoluer.

Et pourtant ce même destin se vu briser peu de jours après mon départ, non loin des bois de Jamioulx. Un homme, enfoui sous une cape noire, m'observait sans bruit tandis que je continuais mon entraînement comme promis à Howl. Je ne savais pas exactement ce qu'il me voulait mais ne m'en préoccupai pas, étant bien trop concentrée sur les sangliers affluant dans les plaines. L'Homme mystérieux marchait lentement, le regard rivé vers mon corps, un sourire mauvais sur les lèvres comme s'il se préparait à m'attaquer bien qu'il ne le fisse pas. Les sangliers affluaient en masse et ne cessaient d'être plus nombreux au fil des minutes comme s'ils venaient de nulle part, n'ayant pour but que de m'épuiser davantage. Je me défendais avec brio, tranchant gorges ça et là, inondant le sol d'un sublime liquide rougeâtre qu'était le sang des animaux furax. Malgré cela, il manquait un point crucial à mon entraînement qui n'était nul autre que la longévité d'un combat. Jamais je n'avais connu une bataille aussi longue qu'éprouvante et mes forces s'amenuisaient sans que je puisse faire quoi que ce soit. L'Homme à la capuche de toile se rapprochait de moi, au même rythme que je m'inclinai vers le sol étant donné ma soudaine faiblesse.

Peut-être était il là pour me tuer, finir le travail qu'avaient effectué les sangliers. Peut-être était il là pour me bénir et m'assurer un voyage paisible vers l'au-delà. Je n'en su rien. Mes yeux se fermèrent, tandis qu'une voix au lointain hurlait.


« Quae Keya Protego Extraneus. »

Une lumière vive étincela dans le ciel, puis ce fut le grand vide. Les sangliers semblaient avoir disparus, tout comme l'homme mystérieux. Je ne sus qui il était, ni pourquoi il m'avait sauvée, encore moins ce qu'il avait dit juste avant que le ciel ne s'illumine. Je devais le retrouver au plus vite avant qu'il ne disparaisse de la surface de la Terre pour s'engloutir dans un monde dont je n'avais l'accès.

Je ne pu me relever, sentant alors toutes mes forces s'évader avant de de perdre connaissance pour de bon. Il attendra, j'en suis certaine.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 18:01

Partie III

Je ne rouvris les yeux que le lendemain matin, alors que les oiseaux commençaient peu à peu leur sérénade matinale. Les sangliers avaient en effet fui, sans aucun doute suite à la lumière éblouissante provenue du ciel. Je ne savais exactement qui l'avait fait apparaître, mais cela avait sans aucun doute un rapport avec ces paroles entendues juste avant la vive luminosité qui avait failli me bruler les yeux. Quelle était leur signification ? Je n'en avais, hélas, aucune idée et cela m'intriguait on ne peut plus. Agilement, je me relevai afin de m'en aller rejoindre la ville la plus proche qu'était celle de Dana's Valley qui se situait près des montagnes, à une lieue de Jamioulx. Je me mis rapidement en marche, sans prendre le temps de me débarbouiller le visage avec l'eau de la source ni de me peigner les cheveux qui étaient bien plus qu'emmêlés. Le chemin fut long jusqu'à Dana's Valley, mais je ne perdais pas espoir de trouver l'inconnu en ce lieu qui devait être l'un des points centraux des Terres Argentés. Tout voyageur se devait de passer là bas. Mais était-ce un voyageur comme les autres, lui qui semblait être si différent des autres ?

Je parvins aux portes de la grande ville lorsque le soleil disparut derrière les monts surplombant la plaine. Les ruelles étaient étrangement désertes, avec pour unique animation la taverne se situant plus au coeur de la cité et vers laquelle je me dirigeai lentement comme attirée par un parfum familier auquel je n'arrivais à mettre de nom mais qui ne me faisait nullement reculer. La taverne n'était alors plus qu'à quelques mètres. Une voix au lointain se faisait entendre, psalmodiant des paroles que je n'arrivais à comprendre. Peut-être était-ce lui, cet être mystérieux ? Je l'espérai tellement tout en étant quelque peu tendue à l'idée de le revoir et d'affronter son regard que je n'avais eu la possibilité de croiser.

La porte de la taverne se dressait désormais devant moi, solide et magnifiquement ornementée de dorures ça et là. Je pénétrai le plus discrètement possible dans la pièce animée de toutes parts par les clients enjoués, ce qui me facilitait la tâche pour ne pas me faire remarquer et me fondre dans la foule hurlante. Je ne pensais pas avoir été remarquée, et pourtant c'était bel et bien l'homme à la capuche qui m'extirpa de la masse pour m'attirer dans un coin plus calme.

- Bonsoir Elenna. Décidément, tu ne me décevras jamais.

Il esquissa un sourire malsain, qui me hérissa les poils tandis qu'il me fit m'asseoir sur une chaise non loin de nous avant de s'installer à son tour en face de moi, paisiblement. Il retira sa capuche, dévoilant de sublimes cheveux noirs de jais et un regard pénétrant arborant de magnifiques yeux verts.

- Tu te demandes comment je puis connaître ton prénom sans même t'avoir parlé, n'est-ce pas ? Tu te demandes depuis combien de temps je suis tes traces, je suppose ? Alors laisse-moi te parler du destin qui est relié au tien, celui du Keya.

Mon regard s'illumina quelque peu en entendant ce nom étrange que j'avais eu l'occasion d'entendre la veille. Je fermai les yeux et tentai de me remémorer ces paroles sans aucun sens pour moi. Je murmurai, étant loin de savoir qu'il parvenait à entendre mes paroles.

- Quae Keya Protego ...
- Oui. Le Keya, ensemble de l'esprit des Ombres, père suprême de ces dites Ombres., m'interrompit-il.

Il me sourit, relevant mon visage de son index puis reprit la parole avant que je puisse émettre le moindre son, étant bien trop ébahie par ces derniers mots dans la mesure où je ne comprenais pas vraiment où mon interlocuteur voulait en venir.

- Sors de cet endroit malfamé et infesté de toute la fange humaine et rejoins moi au dehors, près de la rivière. Il sera alors plus aisé de discuter en ce lieu et je pourrais tout te raconter. En attendant ... Pas un mot.

Il posa son index sur ma bouche puis s'éloigna, se noyant dans la marée humaine avant de disparaître pour de bon. La rivière, je devais aller vers la rivière au plus vite. Je me levai et sortis hâtivement, non sans mal, de la taverne.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 18:03

Partie IV

Nous nous retrouvâmes, l'homme mystérieux et moi, près de la rivière bordant la cité comme convenu. Il avait rabattu sa capuche, reprenant son air sombre d'origine comme si nous ne nous étions pas croisé auparavant. Ce ne fut que lorsqu'il prit la parole à nouveau que je fus certaine de lui avoir déjà parlé par le passé, et qu'il ne m'avait pas oubliée. Sa main pénétrant pleinement l'eau s'écoulant le long de la rive, il pénétra mon regard du sien et me sourit énigmatiquement.

- Je sens en toi une personne curieuse et avide d'apprentissage ... Et c'est le cas, n'est-ce pas ? Pour m'avoir suivi jusqu'ici, il ne doit pas y avoir d'autres raisons valables. Mais ne t'inquiètes pas, je n'en suis que plus ravi encore. Enfin. Je parle, je parle et tu sembles toujours tel un piquet de bois planté dans le sol. Je t'en prie, prends place ! Par quoi veux-tu que nous commencions ?

Je m'assis en face de son imposante stature, et le regardai d'un air un peu perdu. Je ne savais pas exactement ce que je venais faire en ces lieux, ni pourquoi il m'était venu à l'esprit d'écouter ce qu'il avait à me dire et que je me représentai en mon esprit comme une fabulation digne d'un aliéné. Mais malgré ces quelques pensées dénigrantes, je n'arrivai à retourner de là où je provenais comme si un lien invisible me liait à cet homme dont je ne connaissais que le parfum. Ce parfum que j'avais senti provenir de la taverne, et qui m'avait poussé à l'y rejoindre en cette pièce embrumée par le tabac et l'alcool. Je passai mes doigts dans les quelques brins d'herbes poussant sur le sol, traduisant ma gêne, puis enroulai ses mêmes brins autour de mon index comme jouant avec eux. L'homme se mit à rire nerveusement, scindant le silence qui avait pris place depuis quelques minutes déjà.

- Je comprends tout à fait ton silence et ton désarroi. Alors écoute ... Je vais te dire ce que tu dois savoir. Ouvre grand les oreilles, car c'est là peut être la chose la plus importante que tu devras retenir toute ta vie.

Je relevai mon visage, ma peau d'ordinaire légèrement rosée devint blanche et mes pupilles se dilatèrent alors que mon regard se posait longuement sur mon interlocuteur.

- Sache tout d'abord que d'après moi - et tu verras que chaque personne aura une version différente de ce que tu vas apprendre - les ombres n'ont pas de réelle croyance. Il s'agit plutôt d'une philosophie de vie décrite dans la Bible dont persistent plusieurs points importants. Tout d'abord, le Keya, notion centrale de toute cette pensée. Ensuite, le Dogme. Enfin, l'Empereur. Sache que ces trois notions peuvent prendre corps, mais qu'elles ne sont dans une certaine temporalité aucunement finie et mortelle, elles sont infinies.

Voyant mon regard perdu, mes pensées pourtant concentrées sur ses paroles, il continua son monologue d'une voix lente tout en pesant chacun de ses mots.

- Pour moi, le Keya est l'ensemble de l'esprit des Ombres. Tu vois, nous émettons des pensées et celles-ci, si elle sont immatérielles vont quelque part. Les pensées des ombres se mêlent et forment ce que j'appelle le Keya. Pour certains c'est un être, mais pour moi, ce n'est "que" cette masse d'idées et de pensées. Nous sommes tous en communication constante les uns avec les autres à travers ce Keya. C'est un canal qui nous permet de prendre des décisions. Le Keya t'apporte sagesse, sérénité. Il peut aussi t'apporter la force ou la rapidité. Il y a quelques années, un groupuscule de druides avait développé un procédé similaire s'apparentant à la "pensée positive". Le Keya est un catalyseur de cette pensée. Si tu crois en Lui, que tu te persuades qu'il existe et que tu lui demandes quelque chose, tu l'obtiendras.

Je haussai un sourcil, ne croyant pas du tout en ce que je venais d'entendre ce qui décrocha à sourire au beau parleur qui reprit aussitôt la parole d'une voix plus grave et ainsi plus solennelle.

- Demande lui ce que tu veux. Il t'obéira. Car je pense - et cela n'engage que moi - que si nous sommes au service du Keya, ce dernier est aussi est surtout à notre service, et il n'attend qu'une demande pour nous rendre au centuple le peu que nous lui donnons.

Un long silence s'imposa avant que je ne le brise d'un fou rire incontrôlé, secouant légèrement la tête en signe de moquerie. Jamais je n'avais entendu de telles paroles, et les accepter était loin d'être à ma portée. L'homme ne réagit pas durant un court instant puis, alors que j'étais loin de m'attendre à un tel geste, dégaina une petite dague au manche argenté, me faisant reculer instinctivement.

- Je ne t'ai pas suivi pour ta beauté, Elenna, car crois moi que j'ai vu bien plus jolie sur ces Terres. Je n'ai fait qu'obéir à Moach Gulr, Empereur des Ombres, qui m'a annoncé la venue d'une jeune femme susceptible de devenir enfant du Keya et guerrière de la Legio Ombrae. Comment aurais-je pu connaître ton prénom autrement ? Désormais, montre ta volonté de servir le Keya et sauve-moi.

Je lui lançai un regard effrayé alors qu'il planta sa dague en plein milieu de son coeur, s'en allant suffoquer contre l'herbe humide. Prise de panique, je le regardai se mourir sans rien faire jusqu'à le voir expirer son dernier souffle. Je fermai les yeux comme signe de deuil, puis me remémorai certaines paroles que j'avais retenu de ma longue et éprouvante leçon. Une phrase, qui était peut-être la clé de la survie de l'Ombrae.
« Si tu crois en Lui, que tu te persuades qu'il existe et que tu lui demandes quelque chose, tu l'obtiendras. »

Je brandis le bras vers le ciel, espérant revoir la lumière éclatante provenue du ciel, puis fermai les yeux ne cessant de répéter ma requête en silence espérant de tout coeur d'être entendue. C'est alors qu'elle réapparut, la lumière blanche éblouissante me décrochant un sourire sur mes lèvres rosées. Telle une décharge elle traversa mon corps, de ma paume jusqu'à mon autre main que je plaçai sur le manche de la dague avant de l'arracher de la poitrine du mort. Ce dernier se mit à tousser, alors que la lumière s'atténuait peu à peu. J'en profitai pour lui adresse un mince sourire qu'il me rendit avec difficulté, trouvant malgré tout la force pour exprimer sa joie. Il y était parvenu : j'étais désormais sûre de l'existence du Keya et j'étais certaine que son destin, malgré qu'il m'était inconnu, dépendait en partie du mien qui semblait avoir trouvé sa voie. L'homme se redressa légèrement et désigna le ciel du doigt que je regardai avec intérêt.

- Elenna, j'ai le très grand honneur de te présenter Keya.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 18:04

Partie V

L'apparition de Keya fut comme une révélation à mes yeux. Non seulement il avait renversé mon destin à jamais, me présentant comme une Ombrae dévouée pleinement à sa personne, mais il m'avait également révélé ce dont je désirais plus que tout au monde. En effet si Keya avait la faculté d'exaucer nos prières les plus chères, il pouvait aisément me conduire jusqu'à mon père, cet illustre inconnu dont je ne connaissais que le visage et la voix. Du moins, c'est ce que j'espérais de Keya.

Yaedad, car c'est ainsi que s'appelait mon nouveau professeur, m'entraîna jusqu'à Nebullia dans le but de me faire rencontrer Elessar, censor des Ombres, afin que je me fasse connaître du reste de la legio. Nous traversâmes à nouveau l'entièreté de Baduk avant de nous retrouver dans la grotte où j'avais atterri quelques mois auparavant : le passage entre la Terre des Ombres et celle de l'Eden. Yaedad demanda alors à ce qu'une porte soit façonnée, et celle-ci apparut en un fragment de secondes me laissant béate d'admiration. Mon professeur attrapa ma main qu'il se mit à serrer fortement avant de m'entraîner avec lui vers l'espace infini qui régnait au delà de l'édifice somptueux.

- Nous n'avons que très peu de temps devant nous Elenna. Le portail ne reste ouvert que pendant un instant très court. Il faut faire vite.

Il serra un peu plus fort sa main contre la mienne puis se mit à courir agilement tout en évitant les obstacles, tandis que le vent se mettait à souffler d'une vitesse sans pareille. Ce manège dura pas loin de cinq longues minutes avant que nous ne parvenions dans une clairière au vent absent et à l'allure énigmatique. Yaedad me lâcha délicatement la main puis m'adressa un petit sourire, non mécontent d'être parvenu jusqu'ici.

- Nous voici en plein coeur de la clairière d'or Elenna, lieu de notre séparation. Continue tout droit, compte une demie-lieue et tu atteindras les remparts de Nebullia, grande cité des Ombres. Et n'oublie jamais une chose ...

Il se glissa jusqu'à moi, la bouche quasiment collée à mon oreille, puis murmura :

- Prends garde à toi. Les Ombres sont partout, même si tu ne les voies pas. Elles observent chacun de tes faits et gestes ... Et au moindre faux pas ...

Il passa furtivement sa main devant mes yeux, claquant bruyamment des doigts.

- Tu ne seras plus qu'un éternel souvenir. Montre que tu es digne de la place que Keya t'offre. Montre que tu es plus maligne que les Ombres. Montre leur qui tu es réellement, car je sais que cela en vaudra la peine. Crois-moi.

Il glissa sa main sur mon visage, fermant délicatement mes yeux avant de disparaître sans énoncer un mot de plus.

« Continue tout droit, compte une demie-lieue et tu atteindras les remparts de Nebullia, grande cité des Ombres. »

Je rouvris les yeux et commençai mon ascension, non sans méfiance.

[...]

Rien ne se passa le temps de mon long périple, même si je savais pertinemment que les Ombres ne cessaient de m'épier. Regardant de temps à autres sur les côtés, mon coeur battait la chamade tandis que j'essayais de réguler mon flux sanguin qui commençait à frapper mes tempes au point de me procurer quelques nausées passagères. Ce ne fut que tard dans la journée, bien que l'obscurité omniprésente m'empêchait de savoir réellement l'heure qu'il était, que je parvins près des remparts de Nebullia. Cependant, je ne réussis à voir Elessar qu'après le dîner servi dans la somptueuse taverne de la Cité, lorsqu'il fut enfin apte à me recevoir. Le Censor était grand, d'une carrure plutôt imposante et semblait tout à fait paisible dans ses actes contrairement à ce que j'avais pu entendre par le passé dans les nombreuses ruelles des villes de l'Eden.

Il s'avança vers moi tandis que je m'inclinai respectueusement face à lui, geste qu'il réprouva d'un simple geste de la main m'incitant à me relever.

[...]

Notre entretien, aussi solennel soit-il ne dura qu'un très court instant durant lequel il m'expliqua, dans les moindres détails, la mission qu'il se devait d'accomplir et ce pourquoi ma présence lui était capitale. La Legio Ombrae, recluse au sein même de Nebullia, n'avait plus exactement la même puissance qu'elle avait eue lors des Temps Anciens et, en conséquence, se devait de rassembler ses forces en puisant dans celles de nouvelles recrues. J'étais de celles-ci. Keya m'avait choisie comme étant apte à le servir, et je me devais de lui prêter allégeance.

Elessar m'invita à le rejoindre, peu après l'entretien, au delà des bois, à l'abri de tous les regards. Sur une stèle était entreposée un grand grimoire : L'Ombrae Genesia. Je m'avançai vers cette Bible Ombrae et d'un geste de main caressai la couverture ancienne qui semblait dégager un pouvoir constant, enviable. Délicatement j'ouvris le recueil puis m'arrêtai sur une des dernières pages, le regard perdu comme noyé dans les mots qui peuplaient le livre. D'une voix paisible tout en prononçant de façon audible ma lecture qui semblait tout droit sortie de mon esprit, je murmurai :

Ô le Très-Haut,
Créateur du Tout et du Quand,
Devant les nuages assemblés qui témoignent de ta puissance,
Je m’agenouille et courbe l’échine, en signe de soumission ...

Un éclair scinda le ciel, entraînant ma chute que je ne réussis à éviter. Je relevai lentement le visage, tentant de paraître la plus sereine possible bien que mes genoux qui avaient pour le moins amorti ma chute me faisaient horriblement mal. Une Ombre me frôla, comme glissant sur le sol marbré de là où nous nous trouvions. Il se dressa alors devant moi et laissa apparaître un petit rictus avant de s'exprimer en ces termes, d'une voix calme qui se voulait triomphante :

- Ta place est désormais parmi nous, Elenna. Deviens une Ombrae au service des Gulr et du Keya le Père. Ainsi je parle, ainsi est fait.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 18:06

Partie VI

Viens à moi Elenna ... Parcours le Keytek et retrouve-moi non loin du lac, là où la lune semble totalement immergée, là où les étoiles brillent si fort qu'elles se reflètent jusque dans les cieux. Viens. Viens à moi. Il le faut ... Maintenant ! »

Je me réveillai en sursaut cette nuit-là, le coeur battant la chamade, de la sueur perlant sur mon front. Je n'avais pour seul souvenir de ce songe, qui semblait pour le moins réel, que le bout d'un chapeau ne laissant transparaître que deux yeux marrons, légèrement teintés d'un rouge sombre, qui ne m'inspirait nullement confiance. Mais cette voix si singulière et si douce ... Cette sonorité si attirante ... Je voulais savoir à qui elle appartenait, bien qu'une idée me traversait légèrement l'esprit me laissant dans une grande incertitude.

Lentement je m'extirpai de mon lit, puis enfilai dans le plus grand silence ma longue tunique noire qui me permettais, avec simplicité, de me fondre dans la nuit et ainsi passer inaperçue. Revêtant une capuche de toile sur ma tête, je finis par sortir de ma chambre puis longeai les longs couloirs de la citadelle sans me faire remarquer avant de, finalement, sortir de la cité afin de me diriger vers le lieu que l'on m'avait indiqué sans trop de précision. Ainsi je pénétrai dans le Keytek, sombre forêt de Nebullia.

« CRAAC »

Une branche d'arbre céda, tombant brutalement à mes pieds m'incitant à reculer sans même réfléchir. Je levai mon visage vers le ciel, qui avait du mal à se faire voir sous la masse prépondérante des arbres, et plissai les yeux à la vue d'une silhouette qui se tenait tel un félin sur une branche d'arbre.

- Oups !

La silhouette, que je commençais à cerner un peu plus, arbora un léger sourire laissant alors se dévoiler deux canines tranchantes qui me firent, tout comme la branche, reculer à la différence très nette que j'avais pris là le temps de réfléchir et que je cherchai désespérément une issue sans perdre de temps. A la première occasion, je me faufilai dans l'ombre tandis que la vampire se laissait tomber de l'arbre pour atterrir sur le sol humide de la forêt.

- Mais où te caches-tu belle enfant ? Viens donc dans mes bras que je puisse te cajoler.

Cachée derrière un arbre, à l'affut, j'observai mon adversaire d'un oeil tout en sachant pertinemment que mon odeur enivrait la vampire. Elle s'appelait Tallulah et était tout ce que je désirais le plus au monde : un certain mysticisme planant au dessus de sa tête, une force hors du commun mais avant tout une vitesse sans pareille. L'on m'avait conté les récits Ombrae relatant de la seule vampire qu'eut connu la Legio ... Une bien triste histoire, bien qu'attrayante sous tous ses aspects ... Aélis. Si seulement j'avais pu lui ressembler ne serait-ce qu'un peu ...

Mon coeur battait la chamade, vibrations s'en allant répercuter les tympans de Tallulah qui se délectait de cette peur qui ne cessait de me tirailler. Un sourire carnassier se dessina largement sur ses lèvres, laissant de nouveau apparaître ses deux canines tranchantes.

- N'ais pas peur ma jolie, cela ne durera qu'un instant avant que nous ne dansions toi et moi à la lueur des étoiles pour l'éternité. Viens. Viens ...

Faisant claquer sa mâchoire, puis de temps à autres ses mains, Tallulah laissait ses propos se répéter jusqu'à n'en laisser plus qu'un murmure qui, au prime abord, ne m'était pas désagréable jusqu'à ce que ma peau, pourtant chaude et réchauffée frissonna de par le toucher d'une main glaciale qui n'était autre que celle de ma chasseresse qui n'avait perdu une once de sourire.

- Te voilà enfin ma beauté pure ...

Mon corps se mit alors à trembler tandis que la langue de la vampire passait langoureusement sur ma peau qui frissonna. C'en était fini, je savais qu'il m'était impossible d'y échapper. Et pourtant ... La chasseresse entremêla ses doigts avec mes cheveux, caressant ces derniers avec douceur tandis que sa bouche se rapprochait lentement de mon oreille droite avant de laisser s'échapper un léger murmure.

- Cela ne durera qu'un instant je te le promets. Tu n'auras rien à faire, juste laisser Tallulah s'occuper de toi. Ferme les yeux, et apaise toi.

Je laissai mes paupières se fermer délicatement puis sentis alors deux crocs pénétrer ma chair avant de ressentir mon hémoglobine s'écouler le long de ma silhouette. J'eus l'impression que cela dura un temps infini auquel ne mettrait un terme que ma propre mort mais rien n'y fit. J'étais encore totalement consciente lorsque Tallulah cessa de me mordre, bien que ma vue semblait se brouiller légèrement au fil du temps. Alors je vis la vampire se lacérer avec délectation sa peau légèrement au dessus du sein droit avant qu'elle ne m'attrape au niveau de la nuque pour me forcer à boire son propre nectar. Des images par milliers se mirent à tourbillonner dans mon esprit puis cessèrent brutalement alors que je tombai sur le sol, inerte, ne me laissant pour seule pensée que l'homme au chapeau qui se remit à parler à travers mes songes.


« Qu'importe, ma fille. Qu'importe ... Je viendrai te retrouver, sois en sûre. »

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 18:07

Partie VII

Un effleurement, une légère brise t'effleurant la joue, un doux baiser te réchauffant la peau glacée par le temps. Et un léger murmure venant caresser ton oreille. Douce sonorité ...


« Réveille-toi Elenna. Ouvre les yeux et reconnais-moi. »

Comme contrainte d'obéir à cette voix ensorceleuse, je laissai mes paupières légèrement s'entrouvrir et tentai de deviner ce qu'il y avait aux alentours. A priori, je n'avais pas bougé depuis ma chute mais n'en étais pas certaine. Les premières secondes furent douloureuses. D'une part, ma vue se trouvait brouillée comme suite à une longue léthargie ; puis, d'autre part, ma blessure me faisait horriblement mal. En premier lieu, je me hâtai de passer ma main sur les deux marques parfaitement établies sur mon cou, pensant parvenir à apaiser la douleur mais je ne mis guère longtemps avant de m'apercevoir que rien n'y faisait. Mon visage resta crispé, criblé par l'horreur que me faisait subir la morsure, jusqu'à ce que l'homme, qui se tenait à côté de mon corps allongé et à qui je ne devinais le visage tant ma vue s'obscurcissait, ne se penche à nouveau vers moi pour me relever et me prendre dans ses bras. N'ayant la force de m'en extirper je le laissai faire, fermant à nouveau les yeux pour m'évader dans mes sombres rêveries. Peut être aurais-je alors moins mal ... J'espérais.

« Tiens bon mon enfant ... Tiens bon, nous y sommes presque. »

Mon second réveil fut bien plus brutal que le premier. L'homme au chapeau n'était plus là, mais une tout autre personne avait pris place : cet Ombrae à l'allure pour le moins étrange qui avait pris la fâcheuse habitude de ne m'adresser aucun mot, si ce n'est les marques de politesse dont il fallait faire preuve chaque jour. Vouldhir.

Usant de la magie des Ombres comme peu de monde savait le faire, il avait sans aucun doute été sollicité dans le but d'apaiser mes douleurs mais j'avais une idée toute autre vision de lui dont je ne parvenais à me défaire. Je savais pertinemment qu'il n'était pas très enclin à accueillir une vampire dans l'enceinte de Nebullia et me demandais bien quel châtiment il me réservait. Peut être seule la mort était à égalité avec ma faiblesse ... Et encore, la mort était sans doute un bien beau cadeau par rapport à la honte qui me tiraillait. Je me mordis la lèvre, me la coupant de ma canine. Il me fallait apprendre à me maîtriser, c'était certain. Je restai ainsi une majeur partie de la nuit allongée sur mon lit, recouverte d'un simple drap de soie, tandis que Vouldhir s'afférait devant moi sans dire mot, étant bien trop occupé pour discuter de quoi que ce soit. De mon côté, affaiblie par la douleur qui ne cessait de persister par à coups, je finis enfin par m'assoupir et ainsi laisser mes pensées vaquer à des lieues de mes souffrances.

Je ne me réveillai que le lendemain matin, peu avant l'aurore alors que les oiseaux commençaient peu à peu à gazouiller dans les arbres près de ma fenêtre. Pour la première fois depuis la veille je souriais. Mes douleurs s'étaient enfin atténuées, laissant place à une sensation de bien être que j'avais l'impression de n'avoir vécue depuis des lustres. J'ouvrai délicatement la bouche puis passai doucement mes doigts sur mes canines, curieuse.

- De belles jolies dents que tu as désormais, Elenna.

Mon visage se tourna vers la porte de ma chambre où je pus apercevoir à nouveau l'homme au chapeau bien plus plus nettement que la nuit passée. Vêtu d'un costume noir accompagné d'une sobre cravate, il était relativement grand et arborait un teint blanc mat faisant ainsi ressortir ses cheveux noirs qui descendaient jusque sous les omoplates. Derrière lui se dressait un personnage qui avait rythmé de nombreux mois appartenant à mon passé, un mage sans qui je ne serais rien devenue et à qui convenait le nom de Howl. D'un pas lent, celui que je ne connaissais encore se rapprocha de mon lit, puis s'assit sur le bord du matelas avant de me caresser la joue tout en me souriant tendrement. De mon côté je l'observai du coin de l'oeil, l'air quelque peu angoissée, incitant malgré moi mon visiteur à rire chaleureusement. Le regard rivé vers Howl je l'interrogeai en silence, ce à quoi il répondit d'un simple clin d'oeil avant que l'homme au chapeau ne reprenne la parole une nouvelle fois.

- Tu n'as pas à avoir peur de moi, Douce enfant. Je ne tuerai pour rien au monde ma délicate Créature ... Ma propre fille.

Au fur et à mesure de ses propos, son rire s'effaça faisant alors place à un ton tout à fait sérieux, un regard bienveillant se lisant sur son visage. Mon angoisse, quant à elle, s'estompa et comme seule réponse aux paroles de mon père j'esquissai un sourire. Et ainsi je me rendormis, le sourire aux lèvres, l'esprit apaisé ... Mais avant tout, la plus belle chose qui aurait pu m'arriver ; autrement dit, avoir mon père à mes côtés.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 18:16

Partie VIII

De nombreux mois s'étaient écoulés depuis le jour où Tallulah avait planté en ma chair ses crocs. Howl, dans l'unique but de veiller sur ma personne, avait intégré la Legio Ombrae tandis que je devenais chaque jour un peu plus une fidèle émérite de Keya. En somme, tout allait pour le mieux d'autant plus que ma face vampirique ne semblait être en rien un obstacle au dévouement que j'accordais à Keya. Après tout, n'étais-je pas la seconde hémophage de l'histoire des Ombrae ? Ce n'était en rien une nouveauté ...

De son côté, mon père s'en était retourné auprès des siens afin de leur annoncer mon existence afin que jamais je n'eus le moindre soucis avec chacun d'eux. Bien utopique était mon père .. Bien trop utopique. Mais après tout, quel risque encourais-je donc ?

De nombreux mois s'étaient donc écoulés lorsque je fus autorisée à rejoindre les Terres de l'Eden pour la première fois depuis mon intégration dans la Legio. Les premières sensations furent pour le moins étranges, semblables à celles que j'avais ressentis lorsque je m'étais extirpée de mon cocon dans lequel j'avais pris vie. Il n'y a pas à dire, je me sentais étrangère à ce nouveau monde qui, pourtant, avait été celui des Ombres par le passé. Je ne me sentais la bienvenue en ce monde ci, et était par conséquent de plus en plus déterminée à dévoiler la force qui résidait en moi.

Marchant d'un pas assez lent, je tentai au mieux de m'acclimater à ces nouveaux paysages qui allaient représenter mon nouveau territoire de chasse depuis que les fioles d'hémoglobine ne me convenaient plus. Non pas que je fusse bien difficile en ce domaine culinaire, mais je sentais monter en moi une sorte de lassitude qu'il n'était pas bon de laisser trop longtemps s'étaler. Aussi, j'avais obtenu l'autorisation de m'en aller prendre quelques repères là où la chair ne manquait pas, là où l'Homme ne sait plus pour quel but se battre, là où l'Homme erre éternellement sans pour autant en être conscient. Où est le Mal et le Bien dans tout cela ? J'ai toujours perçu ces deux notions comme subjectives, raison pour laquelle je n'ai jamais été pour n'importe qui d'autre que moi. Après tout, n'est-on pas mieux servi que par soi-même ?

La nuit était bien entamée lorsqu'une citadelle à l'allure bien sombre se dessina peu à peu à l'horizon, ne m'inspirant nullement confiance tout en m'attirant sans que j'en connaisse la raison exacte. Un pouvoir semblait s'en émaner, ou peut être pas mais quelque chose d'assez puissant en tous cas. Aurais-je du m'en méfier ? J'étais encore bien trop jeune et naïve pour ce genre de réaction. Je m'approchai ainsi sans trop réfléchir en direction de cette forteresse obscure, la tête haute dévoilant mes crocs à la lueur de la lune, lorsqu'un ricanement brisa le silence. Je ne savais à qui il appartenait, ni à quoi j'avais affaire hormis qu'il s'agissait sans nul doute d'un être de sexe masculin, déduction faite par le ton de la voix. Mes doutes se confirmèrent aussitôt lorsque la bête surgit face à moi, crachant à mes pieds comme écoeuré.

- Vile transformée ...

Je reculai d'un pas instinctivement tandis que mon interlocuteur continuait d'avancer tout me présentant ses crocs, m'incitant à répondre de même. Je ne savais ce qu'il me voulait mais j'avais connu bien meilleur traitement depuis que j'étais née. Un cas à part qu'était ce vampire ... Je n'en doutais pas un instant et avait bien mieux à faire que de perdre mon temps avec les futilités. Ainsi, je tournai les talons et commençai à m'en retourner vers des lieux plus civilisés. Du moins, je pensais les rejoindre ...

C'était sans compter sur mon agresseur qui s'empressa de bondir sur mon dos pour me faire tomber. Jamais je n'avais vu telle vivacité et force ... Avant même que je ne pus me défaire de son étreinte, il avait déjà planté ses deux canines qu'il semblait aiguiser avec soin chaque jour tant elles étaient coupantes, dans ma jugulaire. Douce sensation que je ne connaissais encore ... Douce sensation que j'allais apprendre à savourer. Mon agresseur n'était autre que Yürèc. Joli paradoxe.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 18:18

Epilogue

De nombreuses choses ont changé depuis ces longs derniers mois, autant positivement que négativement. Tout d'abord il faut savoir que j'ai acquis tout ce dont je devais savoir concernant mon apprentissage du Keya, tout ce dont il est possible de connaître en réalité car jamais personne ne saura l'entièreté de la grandeur de ce Dieu du fait de la complexité dont il est doté. Je pense pouvoir faire de ma personne une Ombrae on ne peut plus respectée désormais, ou plutôt je le pensai car il est arrivé depuis peu un élément perturbateur qui sera d'ici peu de temps la raison de mon départ de Nebullia. A dire vrai, cela me fait de la peine de savoir qu'après tant d'années passées à servir cette cause qui me semble on ne peut plus juste il me faille devoir partir ainsi mais je ne puis rester les yeux fermés face à ce qui va pénétrer dans l'enceinte de la Citadelle.

Howl me rejoindra sans aucun doute ; non pas parce que je lui aurais demandé, mais parce qu'il m'a annoncé lui même son départ il y a à peine quelques jours de cela après que je lui ai divulgué le mien. Il dit vouloir rejoindre sa compagne qui se languit peu à peu de lui, tout en souhaitant garder un oeil sur moi bien que je doute d'avoir encore besoin d'être protégée. Après tout, je ne suis plus cette petite fille sans défense qu'il avait trouvé à l'entrée de la grotte il y a de cela plus d'un siècle n'est-ce pas ? Certes, je n'ai pas encore acquis tout l'art du combat et il me faudrait sans doute de nombreux mois encore pour l'atteindre mais je pense pouvoir me défendre désormais.

Et puis, je ne suis plus tout à fait seule à partir de maintenant puisqu'il y a Yürèc. Joli paradoxe, vous avais-je dit plus haut ... Je suis passée d'une vile transformée à sa promise, changement on ne peut plus radical que je lui ressasse de temps en temps histoire de me moquer de sa bêtise de nos premières rencontres et de le voir se confondre en excuses. Yürèc, c'est sans doute la plus belle chose qui me soit arrivée ces derniers mois. Il faut dire qu'il n'y a pas vraiment de concurrence, pour ne pas dire aucune. J'ai comme l'étrange sensation que beaucoup de choses s'écroulent sous mes pas depuis peu et que la seule chose qui me fait encore tenir n'est nulle autre chose que lui. Je ne peux parler de mon père car celui-ci est bien trop occupé par ce qu'il se passe au sein de la Nécropole en ce moment, et les visites ne sont que très peu appréciées en Nebullia au même titre que les départs temporaires.

Comment puis-je voir Yürèc, allez vous sans doute me dire ? Il est certain que nos rencontres ne sont guère perçues de tous, car elles s'effectuent la plupart du temps au fin fond du Keytek si ce n'est pas en plein Eden lors d'une partie de chasse ce qui en soi ne nous dérange pas dans la mesure où nous ne sommes pas les plus sociables de ce monde. Mais qu'importe le passé, j'ai comme l'impression que nos rencontres se verront rallongées d'ici à peine quelques heures. Oui ma décision est prise et sans appel, ce soir je quitterai Nebullia et ce définitivement. Non pas que cela me réjouisse, loin de là, mais il s'agit ici de la plus sage intention que je puisse faire et ce pour le bien de la Legio. Je sais qu'elle saura continuer sans moi son petit chemin, et qu'un jour enfin les Ombrae sauront retrouver la Terre qui leur revient depuis bien longtemps.

Par ce choix s'ensuivra alors la fin de ce journal qui conte mon existence depuis le commencement jusqu'à ce jour, qui sera alors le seul souvenir qu'il me restera de ce passé qui fut et restera glorieux si l'on omet la tournure finale. Mais il n'est pas bon de vivre éternellement dans un passé qui n'est, semble-t-il, plus pour nous. Seul l'avenir compte désormais, et celui-ci ne sera pas en Nebullia mais aux côtés de l'unique chose qu'il me reste à savoir ce vampire qui fut mon ennemi le plus virulent avant de devenir ce qu'il est désormais : ma Raison d'Être.

C'est donc sur ces dernières paroles que se voit parachever ce journal qui se verra englouti par le temps qui ne cesse de s'écouler pour qu'un jour, peut être, on se souvienne d'Elenna ancienne adepte du Keya née pour répandre le Chaos, créée pour achever le travail de son père, Alkantar.

A jamais, cher Journal. A jamais ...

Elenna referma lentement le cahier miteux qui lui servait de support pour y laisser sa plume dériver, puis enfila sa cape noire revêtant de suite la capuche de toile qui lui recouvrait ainsi l'entièreté de ses cheveux, cachant son visage. Le journal sous le bras elle descendit d'un pas on ne peut plus lent les marches de la demeure des Ombraes, les larmes affluant sur ses joues. Non, ce n'était pas là un choix facile d'autant qu'il était irrévocable car l'on ne quittait pas définitivement Nebullia sans conséquence. Howl l'attendait au rez de chaussée, le bras tendu vers elle. Il était sans nul doute le seul à savoir exactement ce qui se tramait dans l'esprit de son élève et, par conséquent, compatissait pleinement. Elenna lui adressa un faible sourire, serrant fermement sa main dans la sienne puis tous deux sortirent de la Citadelle d'une démarche solennelle, l'esprit déterminé. Le brouillard se fit de plus en plus épais jusqu'à ce que plus aucun paysage ne parvienne à être perçu puis au bout de quelques minutes la voûte céleste se dessina au dessus des deux anciens Ombraes. Le retour en Eden, Terre des Hommes.

- Il est temps pour moi de te dire au revoir Elenna. Je te laisse enfin voler de tes propres ailes, car je n’ai plus énormément de choses à t’apprendre. Je suis fier de ce que tu es devenue et de ce que tu deviendras ma chère protégée. Oui, au revoir, car je ne peux t’abandonner à nouveau …

Howl lui fit un clin d’œil.

- Je serai toujours là … en quelque sorte.

Howl sourit à la jeune femme qui tentait au mieux de dissimuler ses larmes par un petit plissement de son coin de lèvres droit, puis lui baisa le front après avoir repoussé légèrement la capuche qui voilait Elenna.

- Au revoir, Howl ...

Elle avait émis un léger murmure, ne pouvant faire plus, puis le laissa partir tandis qu'elle s'asseyait dans l'herbe, le regard rivé vers les étoiles. Elle se perdit dans l'immensité du ciel, laissant libre cours à ses larmes qui se déversèrent enfin le long de ses joues. Il n'était plus nécessaire qu'elle se retienne dans la mesure où il n'y avait plus personne pour la voir et s'inquiéter de son état. L'aventure était bel et bien finie, débouchant sur une Nouvelle Ère. Le début de l'Errance.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 18:24

Donc , tout sa pour dire , que mon frère Squelette-Demoniaque , a arrêté soudainement dofus et définitivement ! Il passera de temps à l'autre environ tout les 2-3 jours pour un petit coucou qui ne vous fera pas de mal !

Je poursuis ...

Il m'a donné ce RP ma dit de vous le faire lire le temps que je up niveau 100 ainsi que je puisse postuler chez vous , comme me la dit mon frère .

En fait j'arrive à l'improviste , comme sa de nulle par car je ne connais aucune base de dofus (je ne connaissais même pas) !

Tout a un commencement hein .

Donc voila je pence avoir tout dit je ferais ma postulation au niveau 100 .

Cordialement , Elenna .

Ps: Mon frère n'a pas fait ce RP tout seul hein ! (enfin je suppose) .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Perle le Jeu 8 Juil - 18:50

Bienvenue à toi alors vers chez nous.
Juste ce fut plus clair de créer un compte forum juste à toi.

_________________

Perle-delune
Secrétaire du forum, bavarde, râleuse, manipulatrice, spécialiste de vol plané en milieu arboricole, pyromane involontaire, collectionneuse de kamas, briseuse de coquilles en chef
avatar
Perle
Vieux dino

Nombre de messages : 3822
Date d'inscription : 01/07/2008

http://merin94.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 19:54

Et bien déjà merci pour cette accueil ^^ Bah en fait je suis les conseils de mon frère car je n'y comprend absolument rien . Il m'a dit prend sa et contente toi s'en ! Donc voila ^^" .

Et s'il vous plait , si vous pouviez lire mon RP ... Le temps que je up level 100 et que je puisse postuler ^^' . Je sais qu'il est long mais bon , sinon vous ne m'etiez pas une relique ''Rp'' ^^ Enfin faite comme bon vous sembles !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Perle le Jeu 8 Juil - 22:03

Je pense que tu veux dire "sinon vous ne mettriez pas une rubrique RP" ?

Après j'ai pas lu parce que de base ça n'a rien à voir avec Dofus et que c'est un peu le but de cette section.

_________________

Perle-delune
Secrétaire du forum, bavarde, râleuse, manipulatrice, spécialiste de vol plané en milieu arboricole, pyromane involontaire, collectionneuse de kamas, briseuse de coquilles en chef
avatar
Perle
Vieux dino

Nombre de messages : 3822
Date d'inscription : 01/07/2008

http://merin94.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Jeu 8 Juil - 22:06

Ah ... En faite je dois faire un RP sur dofus seulement ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Meme-Korays le Jeu 8 Juil - 22:06

http://www.silver-world.net/forums.php/narutofurie17.skyblog.com/swf/swf/chatfooter.swf?action=showthread&id_thread=63814&numpage=lastone&

http://legio-ombrae.xooit.fr/t193-Ma-Raison-d-Etre.htm

_________________
jocolor
Si l'on veut gagner sa vie, il suffit de travailler. Si l'on veut devenir riche, il faut trouver autre chose.

avatar
Meme-Korays
Inamovible
Inamovible

Nombre de messages : 743
Date d'inscription : 04/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Kanahira le Jeu 8 Juil - 22:08

Pas mal le copiage.

_________________
La mesure d'aimer, c'est d'aimer sans mesure...
avatar
Kanahira
"Tais-toi !"


Nombre de messages : 1681
Date d'inscription : 21/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Perle le Jeu 8 Juil - 22:25

Bin faire un RP sur dofus c'est pas obligé mais le faire soit même c'est mieux.
Là je ne vois aucun intérêt à ce copié-collé.

_________________

Perle-delune
Secrétaire du forum, bavarde, râleuse, manipulatrice, spécialiste de vol plané en milieu arboricole, pyromane involontaire, collectionneuse de kamas, briseuse de coquilles en chef
avatar
Perle
Vieux dino

Nombre de messages : 3822
Date d'inscription : 01/07/2008

http://merin94.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Meme-Korays le Jeu 8 Juil - 22:36

Juste, tu devrais nous expliquer car tu perds en crédibilité au fur et à mesure. Moi je suis maintenant sûr à 99% que tu n'es pas la soeur de Sque, mais bien Sque (façon d'ecrire ; comportement IG : même préoccupation). Ce RP j'en vois pas l'interet, tu parles d'un coup pour ton "frere", on se demande pourquoi (il passera tous les 2-3 jours, il a ecrit ce RP et aimerait que vous le lisiez etc...). C'est louche alors explique nous pourquoi t'as fait ça, on va pas te manger.

_________________
jocolor
Si l'on veut gagner sa vie, il suffit de travailler. Si l'on veut devenir riche, il faut trouver autre chose.

avatar
Meme-Korays
Inamovible
Inamovible

Nombre de messages : 743
Date d'inscription : 04/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Invité le Ven 9 Juil - 1:15

Vous êtes très bon , vous n'allez surement pas me croire mais ... c'etais seulement un test pour voir si vous alliez sur les autres jeux , genre si vous vous foutez des membres , ou sinon que vous vous y interressait pas . Après pour tout dire , c'est vrai que m'a soeur à prit le compte , car dofus pour moi c'est terminé ! Si vous voulez contacter ma soeur via dofus /w Oo-Elenna . Voila je vous souhaite bon courage par la suite irl !

Ps : Ma soeur ne savait pas cette histoire , donc faites lui un jolie surprise hihi ! Je ne reviens plus sur le forum ou sur dofus , donc plus b'soin de poster des messages à la suite de celui ci ^^ !

Ps 2 : Franchement très fort Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Karys le Ven 9 Juil - 9:53

Pas besoin d'être fort, tu sélectionnes un morceau de texte, tu recherche dans google, et voila.
avatar
Karys
Secwétaire

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 05/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par garnoya le Ven 9 Juil - 20:49

sérieux tu me décois squel, pourquoi tous ces mensonges alors que tu pouvais intégrer la guilde avec toute honnêteté Sad
avatar
garnoya
Assidu
Assidu

Nombre de messages : 117
Date d'inscription : 15/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Kanahira le Ven 9 Juil - 20:52

Oo-Elenna a écrit:Vous êtes très bon , vous n'allez surement pas me croire mais ... c'etais seulement un test pour voir si vous alliez sur les autres jeux

Nulle ton excuse.

_________________
La mesure d'aimer, c'est d'aimer sans mesure...
avatar
Kanahira
"Tais-toi !"


Nombre de messages : 1681
Date d'inscription : 21/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Perle le Ven 9 Juil - 21:03

Bon on lock.

_________________

Perle-delune
Secrétaire du forum, bavarde, râleuse, manipulatrice, spécialiste de vol plané en milieu arboricole, pyromane involontaire, collectionneuse de kamas, briseuse de coquilles en chef
avatar
Perle
Vieux dino

Nombre de messages : 3822
Date d'inscription : 01/07/2008

http://merin94.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma raison d'être ...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum